Angl. Democide

Esp. Democidio

→ Agression, empire, Etat, ethnocide, génocide, guerre, historicide, Westphalie

Terme forgé par Rudolph Joseph Rummel pour désigner les massacres organisés par les gouvernements contre leurs propres populations, comme les purges staliniennes et la révolution culturelle maoïste), qui ont causé la mort de millions d’individus : jusqu’à 21 millions pour le génocide nazi en Allemagne, 50 millions pour les entreprises coloniales européennes, 62 millions en Union soviétique (1917-1987) et 76,7 millions en Chine communiste (1949-1987) (Rummel 1991, cité par Chaline 2018, 101).      

Les chercheurs s’accordent pour estimer que les démocraties ne sont pas plus ou moins enclines à la guerre que d'autres régimes, mais l’étude détaillée des études de base impliquent que les démocraties sont de fait moins bellicistes. Les données de référence se fondent sur la fréquence des guerres, qui s’applique autant aux Etats qui ont perdu quelques dizaines d’individus que ceux qui en ont perdu plusieurs millions. Rummel soutient en outre, à partir des données disponibles, que l’interprétation théorique du caractère guerrier d'un régime doit tenir compte de la gravité de la guerre et que de ce point de vue le degré de démocratie d'un régime est inversement proportionnel à la gravité de ses guerres au XXe siècle (1900-1987), ce qui signifie que les démocraties ont tendance à mener des guerres moins graves que d'autres régimes.


 

Chaline Jean, Histoire de la barbarie. Requiem pour l’humanité, Ellipses, 2018

Rummel Rudolph Joseph, China’s Bloody Century: Genocide and Mass Murder since 1900, Transaction Publishers/Rutgers, 1991

Rummel Rudolph Joseph, “Statistics of democide: Genocide and Mass Murder Since 1900”, Center for National Security Law, School of Law, University of Virginia, 1997 and Transaction Publishers, Rutgers University