Pour la diversité des langues. Des moyens fléchés pour l'allemand dès la rentrée 2021

2 janvier 2021,
58e anniversaire du Traité d'amitié franco-allemand.

M. LASCHET, ministre plénipotentiaire pour les affaires culturelles et la coopération franco-allemande
et M. BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

Pétition adressée à 

M. Macron, Président de la République Française
M. Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale         

Pour la diversité des langues de l'école à l'université.        

Des moyens fléchés pour l'allemand dès la rentrée de septembre 2021

Nous sommes parents, enseignants, étudiants, associations franco-allemandes, citoyens soucieux de l'avenir de l'amitié franco-allemande.

Face à la raréfaction de l’apprentissage de l’allemand en France, nous appelons  solennellement M. le Président de la République de la République à honorer les engagements qu’il a pris lors du traité d'Aix-La–Chapelle, signé en 2019 qui […]confirme le rôle décisif de l’éducation et de la jeunesse dans la relation franco-allemande et ouvre de nouvelles perspectives. L’apprentissage de la langue du partenaire  y est confirmé comme
- objectif prioritaire
- levier pour un rapprochement des systèmes éducatifs des deux pays qui s’engagent à adopter des stratégies permettant d’accroître le nombre d’élèves engagés dans cet apprentissage…

Sur le terrain l’allemand devient langue dite rare (c’est-à-dire enseignée à moins de 5% des élèves) dans plusieurs départements. Dans certains il est devenu impossible d’apprendre l’allemand hors des très grandes agglomérations.

Même les académies du Grand-Est sont touchées.

1 - Les professeurs doivent de plus en plus enseigner dans plusieurs établissements, se battre pour défendre leurs heures qui, dès le moindre signe de fléchissement des effectifs ou à la faveur d’un départ à la retraite, sont convoitées par les autres matières qui y voient la possibilité de faire des demi-groupes, de proposer des heures de soutien dans leur matière ou de monter divers projets. L’attribution toujours en baisse des heures postes amène à supprimer les Langues Vivantes 2 autres que l’espagnol.

Exit la diversité linguistique.

Ouvrir ou rouvrir une section germaniste devient impossible.

2 - L’allemand est moins enseigné, les étudiants germanistes moins nombreux et peu enclins à choisir la profession d'enseignant d'allemand si difficile à exercer dans les conditions actuelles : c’est un cercle vicieux et à terme, la mise en danger des échanges franco-allemands.

Nous voulons que les discours politiques envers notre premier partenaire économique et politique s’incarnent sur le terrain et donnent lieu à un plan de relance dès la rentrée 2021, financé par des moyens fléchés sur ce seul objectif.

Face à cette situation dramatique, nous demandons donc :

1 - que les rectorats aient les moyens de garantir dans tous les collèges l’enseignement de la langue la plus parlée en Europe.
                                          
Un fléchage de ces moyens est indispensable au soutien des sections allemandes encore existantes et plus encore à celles qui doivent être ouvertes dès la rentrée 2021 quels que soient les effectifs.

2 - que la promotion de l'allemand soit réellement mise en place par l’Etat :
        * dès le mois de février, distribution au niveau national dans tous les CM2 et 6eme des brochures d’informations éditées par le ministère
            * envoi par l’Espace Numérique de Travail des établissements à tous les parents d‘élèves de 6eme et de 3eme de la vidéo de M. Blanquer et M. Laschet, ainsi qu’aux parents des CM2.

La diversité des langues ne peut être abandonnée.

La France a besoin de citoyens formés pour travailler dans une Europe unie.

Les signataires veulent que la France respecte les engagements franco-allemands et permette RÉELLEMENT le choix de l'allemand dès la rentrée de septembre 2021.

Signer la pétition